Si la banque m’était contée…

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Par leur esprit d’entreprise et leur sens du risque, les banquiers façonnent la société : ils la financent, la transforment, l’inspirent.

Pourquoi, en dépit de son utilité économique et de son rôle philanthropique, la figure du banquier est-t-elle incomprise de l’opinion publique ? Pour répondre à cette question, Jean-Philippe Bidault s’est penché sur cinq moments clés de l’histoire bancaire française : les révolutions de 1789 et de 1848, l’aventure des Pereire sous le Second Empire, l’affaire de la Banque industrielle de Chine à l’aube du XXe siècle, et la chute du Crédit Lyonnais à son crépuscule.

Au fil des tableaux vivants que propose l’auteur, on constate que la banque, l’administration et la politique ont toujours su se réunir dans d’improbables combinaisons pour maintenir la confiance lorsque celle-ci vacille. Dans un mélange des genres où chacun dépasse les conventions, on entend Talleyrand et Mirabeau raisonner en banquiers, les Rothschild en hommes d’Etat, les diplomates en hommes d’affaires et les hauts fonctionnaires en capitaines d’industrie.

Et l’on découvre que, comme il y a une raison d’État, il existe une « raison bancaire » qui condamne le banquier à une position ambiguë, où il suscite à la fois curiosité et méfiance, hostilité et envie, respect et dérision. Parce que l’argent est affaire de passion, celui dont la mission est de le faire circuler, inspire à son tour les passions.

Jean-Philippe Bidault, ancien élève de Normale Sup en Sciences physiques, titulaire d’une maîtrise de Lettres et diplômé de l’Institut de Haute Finance, après avoir été administrateur de sociétés, est vice-président de la Compagnie des Experts Financiers, et président de l’Institut Vitruve (Études sur Alésia, capitale des Gaules).

Ancien journaliste à Valeurs Actuelles, il a publié de nombreux ouvrages comme auteur ou éditeur. Après “Si l’argent m’était conté…” (Éditions du Palio, 2012), il poursuit avec “Si la banque m’était contée…” son exploration des relations passionnelles qui entourent la circulation de la monnaie.

> ISBN : 978-2-35449-039-3

> En savoir + : le site de l’auteurle site de l’éditeur

> Se procurer l’ouvrage : AmazonFnac -

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »